Génèse

pres_gendreDaniel GENDRE (65 ans) Concepteur du Kip’Home

En 2002, mes parents, octogénaires, pensant « bien faire » ont rejoint une maison de retraite, au coût de 5,000€ par mois.

6 ans plus tard, mes parents, toujours valides mais ruinés, n’étaient plus en mesure d’assurer les mensualités de 5,000€. Mon épouse et moi-même les avons alors recueillis, au sein de notre maison.


Cette histoire, vécue, amène plusieurs réflexions :

  • D’abord, la mauvaise gestion de fin de vie par les intéressés eux-mêmes  qui n’avaient aucune conscience de leur longévité. Mon Père est décédé, il y a 5 ans à 96 ans,  ma Mère a maintenant 95 ans, toujours avec nous mais atteinte de la maladie d’Alzheimer.
  • Je ne voulais pas m’ingérer car je respectais leur volonté.
  • La déception de mes parents lorsqu’ils ont dû vendre leur pavillon, qu’ils me destinaient, pour continuer à payer la Maison de Retraite.
  • Au final, un immense gâchis, financier et affectif, qui a duré 6 ans.

En revanche, je n’ai constaté que des effets bénéfiques de les avoir hébergés :

  • Le lien affectif s’est recréé : finie la triste visite obligatoire du Samedi ou du Dimanche aux heures d’ouverture, à plusieurs dizaines de kilomètres de notre lieu d’habitation.
  • Moins d’isolement donc moins de dépression qui risque de conduire à l’exclusion.
  • Une impression, pour eux, d’être à nouveau utiles en retrouvant leurs fondamentaux, l’importance retrouvée des grands-parents vis-à-vis de leurs petits-enfants.
  • Plus de sérénité à notre niveau, et le sentiment d’avoir enfin trouvé le meilleur compromis.
  • Sans oublier l’aspect financier car leurs pensions de retraite ont largement couvert tous les frais (y compris les assistantes de vie avec plusieurs passages par jour).

A voir aussi...

Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre téléphone (obligatoire)

Disponibilité

Votre message